Actualité nationale

Grand âge et autonomie : recruter et fidéliser pour répondre aux enjeux

5 millions de Français de plus de 85 ans en 2050, c’est la perspective que dessine la pyramide des âges – et c’est une réalité à laquelle il nous faut nous préparer, avec les questions que ce vieillissement soulève en matière d’hébergement en établissement ou de maintien à domicile, notamment.
En parallèle des réformes engagés, se pose l’enjeu du personnel d’accompagnement, un secteur qui représente aujourd’hui 830 000 emplois, avec des fortes difficultés de recvrutement et de fidélisation compte tenu des contraintes du métier (conditions de travail difficiles, horaires, faibles rémunérations, etc.). 
C’est donc pour répondre à ce constat que le plan de mobilisation nationale en faveur de l’attractivité des métiers du Grand âge et de l’autonomie (2020-2024) a été souhaité par la Ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn. Premier acte de ce plan, la remise d’un rapport demandé en juin dernier à Myriam El Khomri. 

Dans ce rapport, deux points centraux :

1) Revaloriser les conditions de travail et de rémunérations de ces emplois :
– Assurer de meilleures conditions d’emploi et de rémunération (ouverture de 18 500 postes supplémentaires par an d’ici à fin 2024 ; remise au niveau du SMIC des rémunérations qui y sont inférieures…) ;
– Donner une priorité forte à la réduction de la sinistralité en matière accidents du travail et maladies professionnelles et à l’amélioration de la qualité de vie au travail.

 2) Moderniser la formation et innover pour donner des perspectives de carrière aux aides-soignants et accompagnants :
– Moderniser les formations et changer l’image des métiers (suppression du concours d’aide-soignant pour la formation initiale et l’apprentissage et assurer l’inscription via Parcours sup pour la formation initiale ; développer l’alternance et la validation des acquis de l’expérience ; lancer une campagne nationale de communication pour changer le regard de la société sur les personnes âgées et les métiers du grand âge…)
– Innover pour transformer les organisations (reconnaître et soutenir la « pratique avancée en gérontologie » qui permet à des infirmières, après un diagnostic médical, d’exercer des missions et des compétences poussées, jusque-là dévolues aux médecins)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *